Style de vie et sens de la beauté

Devenir belle est une chose, mais le rester en est encore une autre. De même,il est plus difficile de conserver un cadre de vie tissé de beauté que de faire une fois l’expérience de celle-ci. Dans tous les cas, des efforts sont nécessaires, car dès que la paresse fait signe de s’installer, le vernis s’effrite.



Plus notre sensibilité se développe et se renforce, plus la différence entre ces deux aspects nous apparaît clairement. On dit que, avec l’âge, on gagne en profondeur, mais tout dépend en réalité des efforts que l’on a produits dans ce sens. Sans compréhension de la beauté qui demande une telle profondeur, l’âge réel finit par se trahir dans l’apparence et le style de vie.



Ces derniers temps, j’essaie de passer des moments devant mon piano, mais il arrive que je sois si occupée que je n’en trouve pas le temps durant deux semaines ou plus. Après un tel laps de temps, mes doigts ne savent plus comment faire et je suis obligée de lire la partition parce que la musique ne me vient plus immédiatement en tête. Obligée alors de reprendre à « do-ré-mi », la frustration m’envahit.



Il y a en plus ces douleurs musculaires dans les doigts. La « Chanson de l’adieu » de Chopin occupe l’horizon de mon univers pianistique. Et quand je pressens que je n’arrive plus à la jouer, c’est comme un signe qui m’enjoint à me concentrer sur mon piano pendant plusieurs jours. Lorsque je joue du piano, je pose toujours un verre de vin rouge sur l’instrument – un privilège ou plaisir d’adulte.



À mes pied, une paire de Louboutin de 12 cm en peau de serpent noire. Dans ce genre de moment devant mon piano, je voudrais moi-même faire preuve d’un maximum de beauté. En particulier après une longue période pendant laquelle je n’ai pas pu en jouer, je ressens à quel point il est ardu d’exprimer de la beauté sans une bonne base technique. Impossible d’atteindre l’habileté nécessaire à l’expression du beau si une telle assise technique n’est pas solidement en place. Je manque également à ce moment de la capacité de faire passer mes sentiments dans la musique, ce qui ajoute encore à mon dépit.



Or ce constat se retrouve à propos de la démarche en talons hauts. Même si nous cherchons à exprimer de l’élégance dans les différents mouvements qui composent la démarche, nous n’y parviendrons pas si la force musculaire à cela fait défaut. Pour le dire simplement, il est impossible d’exprimer ce que nous avons en tête sans la capacité d’employer les bons muscles et de mouvoir correctement le corps, ou que nous en ignorons la bonne technique.



Prendre de l’âge signifie que nous gagnons en expérience et que nous sommes en mesure de choisir et de décider notre environnement de vie ou d’en changer. Cependant, s’il y’a une chose que de nombreuses femmes ne modifient pas, sans même y penser, c’est bien leur façon de marcher.



« Marcher », cela n’est pas juste un simple moyen pour parvenir à une destination.



Mais pouvez-vous marcher en ayant conscience de chacun de vos pas ? À l’instant où vous levez le pied du sol, à l’instant où vous le portez à l’avant, à l’instant où vous le posez à nouveau ?



Car dans chacun de ces instants gît le sens de la beauté.



Si vous désirez véritablement devenir une femme élégante, il vous faudra d’abord garder à l’esprit tous ces éléments qui nourrissent votre façon de marcher. Il ne suffit pas de s’habiller de beaux vêtements pour savoir ce qu’est l’élégance authentique. Lorsqu’une personne est, au sens premier du terme, ravie par ce qu’elle voit, c’est que cela touche à sa façon de vivre, à son sens de la beauté.



Chez celles et ceux qui ne réfléchissent pas à leur style de vie ou ce qu’est pour eux la beauté, ces deux traits n’apparaissent pas véritablement. Ils ne se manifestent que lorsque nous faisons fonctionner nos neurones, creusons leurs questions et méditons sur eux. Et c’est exactement pourquoi les êtres humains sont capables de s’émouvoir.



L’émotion profonde n’est pas réservée à certaines personnes ; nous tous hommes et femmes qui vivons le présent, l’instant, en sommes capables. Chaque instant est différent, et tout ce que l’on peut en tirer dépend de savoir à quel degré nous le prenons au sérieux. Ainsi que je le dis fréquemment, l’avenir de ceux qui restent aveugles à l’ « instant » ne sera jamais fait de beauté. L’instant dont nous avons conscience forge l’habitude, et l’habitude forge l’existence.



Il s’agit là d’une loi, d’un point clé de ma philosophie des talons hauts.



Vivre chaque instant sans faire de concession, voilà ce qui donne naissance au sens de la beauté, qui devient ensuite une aura dont la force charmera autrui. Si vous voulez savoir comment dégager une telle aura, la réponse est simple : ne laissez passer aucun instant, vivez avec application. Car tout dépend du cœur et de l’esprit que nous versons dans ce que nous faisons, à chaque instant.

Fermer le menu